Sommaire

Fermer
thumbnail

J’étais plutôt chaud bouillant à l’idée de suivre la présentation de la suite de ce FPS/RPG au design unique, avec son cell shading über top hype pour les yeux. Revoir ses vastes plaines, son univers post apo, la tonne d’armes disponibles et claptrap qui me manquait secrètement. J’ai passé pas mal de temps sur Borderlands; j’attendais donc impatiemment de pouvoir tester sa suite.

Petit hic, c’est que dans le coin de 2k Games, il y avait un frigo avec toutes sortes de Red Bull où l’on pouvait se servir tout seul et du coup, j’en ai descendu une douzaine durant la petite heure où je patientais. Autant vous dire que quand la jolie hôtesse est venue me chercher pour nous faire rentrer dans le cinéma où la présentation avait lieu, je n’ai plus pu contenir mon excitation et à chaque fin de phrase des gars de Gearbox, je poussais des « yyyeeeahhhh », « oooouuuucccchhhh », « yo-yo-ma ». Maintenant sevré de cette semaine boostée aux boissons énergisantes, j’ai les idées plus claires et peux m’atteler à la rédaction des dernières impressions qu’il me reste à faire.

In Da Club

La présentation était conduite par le « design producer » de chez Gearbox et 3 autres membres de l’équipe étaient derrière leur PC pour montrer une mission en coop. Après un petit mot sur la série Borderlands, on nous a présenté les 4 classes que l’on pourra jouer dans le jeu à savoir Axton/ le commando, Maya / la sirène (classe déjà présente sur le premier épisode mais ses arbres de compétences ont été revus), Salvador / le Gunzerker ou Zer0 / l’assassin. Un éditeur de personnage est disponible et il est possible de coller un look unique à notre perso, le cell shading rendant le tout vraiment mignon.

La classe mise en avant lors de cette présentation était celle du Mechcromancer. Oui je ne l’ai pas citée car elle sera jouable si vous avez précommandé le jeu, mais ce ne sera pas une exclusivité puisqu’elle sera également vendue en DLC (60-90 jours après la sortie du jeu). Oui ça fait mal mais sur l’écran d’accueil, on pouvait déjà voir le menu “downloadable content”. Que voulez-vous ? En même temps on s’en doutait un peu.

De Claptrap à Deathtrap

Un des skills principaux du Mechcromancer est le « death trap », un robot qui débarque sur le terrain et tue tout ce qui bouge. Pas moyen d’y échapper. On retrouve aussi « Close enough » vous permettant de tirer avec une visée beaucoup plus large et toucher ainsi un maximum d’ennemis. Imaginez le carnage avec un shotgun. Allier ceci à la compétence permettant aux balles de ricocher sur les murs et autres éléments du décors et vous comprendrez tout de suite que se cacher ne sert plus à rien.

Les autres classes ont aussi leur lot de compétences ultras puissantes. L’assassin peut jouer la furtivité avec Deception’ en créant une image de lui qui aggro les ennemis. Il peut ensuite utiliser la compétence Many Must Die’ pour dasher vers les ennemis et en tuer un grand nombre. L’assassin est spécialisé à la fois au corps à corps et à distance grâce à son sniper. C’est ce perso que j’ai choisi de jouer durant la phase hands-on de la présentation mais j’y reviens tout de suite.

Quand le commando place une tourelle, il arrive qu’au déploiement de cette dernière une explosion énorme se déclenche histoire de faire comprendre aux hostiles dans les environs que ce qui va suivre sera la dernière chose qu’ils verront de leur vivant. La sirène a un sort de contrôle mental (Thoughtlock), qui peut paralyser un ennemi, l’obliger à tirer sur les membres de son camp ; et s’il reste du temps une fois l’ennemi tué, cette boule de contrôle passera sur l’ennemi le plus proche et ainsi de suite. Le Gunzerk peut équiper deux armes pour faire un maximum de dégâts. Pensez à ce personnage équipé de 2 lances roquettes...

D’autres ajouts sont tout aussi géniaux et barrés. Par exemple, si vous jetez une arme au sol, cette dernière explosera en fonction du type de munitions restant dans le chargeur. Beaucoup de skills sont utiles pour la coop, et ça tombe bien car chez Gearbox on veut vous faire jouer de la sorte. Le level design a été, parait-il, spécialement pensé pour la coop.

Border Fantasy Lands 2

L’aspect RPG est toujours aussi présent. 2K Games utilise d’ailleurs l'acronyme RPS pour définir Borderlands 2. Chacune des classes peut choisir parmi 3 arbres de compétences pour faire évoluer le personnage dans des styles totalement différents. D’un arbre à l’autre, on pourra par exemple se spécialiser dans les sorts d’attaques élémentaires ou dans des sorts de soin. Il est important de préciser que pour atteindre la dernière compétence d’un des 3 arbres, il faudra dépenser un certain nombres de points de compétence dans celui-ci. Il s’agit donc de ne pas trop s’éparpiller sous peine de ne pas pouvoir débloquer les meilleurs skills qui sont soit dit en passant souvent les plus destructeurs.

L’accent a été mis sur le contenu haut level qui récompensera ceux qui, comme dans Borderlands, passeront des centaines d’heures sur le jeu. Que ce soit via des boss quasi immortels qui looteront des armes et du stuff unique - exemple lors de la présentation avec la mission “You Will Die (Seriously)” opposant 4 joueurs en coop à Terramorphous the Invincible - ou encore via un nouveau système de points d’expériences basé sur des défis dynamiques.

C’est donc le « badass rank » qui servira à la fois de classement mondial et de magasin de caractéristiques. Ce système vous donne des crédits à dépenser pour débloquer des boosts de stats par exemple et donc différencier votre perso et le rendre vraiment unique. Ces défis dynamiques s’affichent à l’écran quand vous entamez une série du style réanimer 5 amis, tuer 10 ennemis avec tel arme,…

C'est un Polonais, un Botswanais et un Chinois en Allemagne

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai pu tester le jeu dans une arène (Robot Slaughter) en coop. Le but était de balayer des vagues de robots de plus en plus puissants envoyé par InnuendoBot - un robot reprogrammé par Moxxi. Déjà, le jeu était jouable au pad donc ce n’était pas super jouable, sans vouloir rentrer dans le débat. De plus, j’ai dû faire équipe avec un polonais qui se la jouait solo. Alors pour les premières vagues ça ne posait pas vraiment de problèmes mais ça a vite commencé à sentir le sapin.

Ce que je retire de se moment de gameplay, c’est que les armes ont toute un feeling assez différent et la tonne de possibilités qui s’offre au joueur, que ce soit via ces compétences, les armes ou la coop est vraiment impressionnante. Au niveau des graphismes, c’est toujours aussi efficace et on a toujours autant l’impression d'évoluer dans un cartoon.

A quoi doit-on s'attendre ? Du lourd !

Le jeu est donc en bon chemin pour marcher sur les traces du premier épisode. En effet, je vois mal comment Gearbox pourrait planter son jeu. Il sort dans le 21 septembre et est bien rodé.

De ce que j’ai pu entendre à gauche à droite, le scénario est beaucoup plus mis en avant, le contenu solo s’annonce conséquent avec des objectifs changeants en fonction de nos performances et le monde de Pandora sera encore plus vaste avec des nouvelles zones de jeu. Il y aura même du vert à l’écran ! Bref, hâte de pouvoir remettre mes mains sur ce titre, et cette fois via le combo clavier/souris ! 

gallery

gallery

gallery

gallery

gallery

gallery

gallery

gallery

Plus d'images