Sommaire

Fermer
thumbnail

Ce matin dans ma boite mail, un petit message de Torn Banner Studios, avec un petit mot de remerciement pour avoir participé au Kickstarter de Chivarly : Medieval Warfare suivi de 4 clés à la bêta du jeu, débutant ce 16 septembre.

Une petite parenthèse pour souligner que 2012 a été l’année du jeu vidéo pour le site de crowdsourcing Kickstarter. C’est en effet 50 millions de dollars (39 millions d’euros) qui auront été apportés à la section Games du site, contre 3,6 millions de dollars (2,8 millions d’euros) l’an dernier.

Kickstarter indique qu’en plus d'être les plus gros contributeurs, les fans de jeux vidéo sont également ceux qui financent le plus de projets avec un taux de 2,43. Si vous êtes intéressés par ces chiffres, d’autres statistiques sont à découvrir sur le blog officiel de Kickstarter.

Mais revenons à mon petit courrier électronique de ce matin. Sans perdre une seconde, je télécharge le client via Steam afin de me lancer dans ma première partie. Résultat ? Je crois que je vais devoir passer par la case entraînement car le gameplay est beaucoup plus technique qu’il n’y parait.

Mais c’est quoi au juste ce Chivalry : Medieval Warfare ? C’est le reboot d’un mod amateur pour Half-Life 2, Age of Chivalry. En bref, c’est un FPS (First Person SLASHER). Ça se joue dans les grandes lignes comme un FPS classique mais ici, ce n’est par un arsenal de flingues en tout genre dont vous pouvez vous servir mais des épées, des boucliers, des masses, des haches de guerre, des lances et même des arcs à flèches pour les moins couillus sur le champs de bataille.

Ce nouveau Chivalry : Medieval Warfare sort tout droit des doigts aiguisés d’un nouveau studio indépendant, Torn Banner Studios, qui voit en ce jeu leur première sortie commerciale. Ils ont donc demandé un peu d’aide sur le site de crowdsourcing Kickstarter. Le studio avait besoin de 50,000$ pour continuer le développement et ont finalement récolté 85,934$.

Par tranche de 10,000$ supplémentaire, la boite proposait des ajouts intéressants et on a eu droit au mode duel, de nouvelles armes et des combats à mains nues. On sent la passion du studio derrière son projet. La team voulait retranscrire en jeu le coté épique des batailles en mêlées, s'inspirant directement de films comme 300, Gladiator et Braveheart.

Dans Chivalry : Medieval Warfare, on est totalement maître des contrôles de son personnage et chaque action en jeu nécessite d’être amenée manuellement. Je m’explique. Si vous voulez esquiver un coup en vous baissant, frapper ensuite sur le bouclier de vote adversaire pour le déstabiliser et enfin le contourner pour l’embrocher avec votre lance, il vous faudra d’abord effectuer l’esquive via la touche attribuée et ce avec un timing parfait, ensuite appuyer sur une des 4 touches d’attaques possibles, vous déplacer pour contourner votre ennemi et enfin lui assener le coup fatal. Comprenez par là qu’on est loin d’un Assassin’s Creed, ou en appuyant sur une seule touche, votre personnage commencera une série de coups avec esquive, salto flip puis contre attaque.

Cela permet au jeu d’amener des styles de gameplay différents. On peut se la jouer très calme en privilégiant la parade - esquive / contre attaque ou à l’inverse se la jouer bien bourrin, en martelant l’adversaire de coups répétés jusqu’à lui faire baisser sa garde pour enfin le toucher. Disons que le jeu se veut un mélange entre FPS - RPG et jeu de combat. Tout ça reste bien évidemment à creuser.

Sans un minimum de technique, les affrontements tournent souvent à l’avantage de celui qui verra sa barre de “stamina” diminuer moins vite que celle de son opposant. J’ai pour le moment testé deux modes de jeu, le classique “team deathmatch” et le mode à objectifs. On vous en reparlera plus en détails très bientôt.

La sortie du jeu est prévue pour l’automne (novembre) et uniquement sur PC.

Plus d'images