Sommaire

Fermer
thumbnail

The Walking Dead, le jeu de Telltale Games, est un “point and click” moderne issu de l’univers imaginé par Robert Kirkman, Tony Moore et Charlie Adlard.

Le jeu nous raconte une histoire différente, se déroulant en parallèle de celle contée dans le comics. J’en avais déjà brièvement parlé en fin d’un de nos podcast, dans la partie “découverte”. La particularité de ce titre est qu’il est divisé en cinq épisodes (A New Day, Starved For Help, Long Road Ahead, Around Every Corner et No Time Left).

Ayant maintenant bouclé le quatrième et avant dernier épisode se terminant sur un cliffhanger de folie, je reviens une nouvelle fois sur ce titre qui joue sans cesse avec nos émotions, afin de réveiller quelque chose d’unique, que seule une expérience de ce type peut faire ressurgir en nous.

Papa par adoptionOn incarne Lee Everett, un professeur qui a gagné un ticket direction la prison. On apprend un peu plus tard dans l’histoire les vraies raisons qui justifient cette incarcération. Notre personnage n’atteindra cependant pas sa nouvelle maison. La voiture de police qui l’y conduit sort de la route, c’est l’accident. On s’en tire tant bien que mal, c’est une bonne nouvelle certes, mais c’est aussi le début de la fin. Un peu plus loin sur notre chemin, à la recherche de quelques vivres et de quoi se soigner, une maison, dans laquelle on fera la rencontre de la petite Clémentine, jeune fillette que l’on prendra sous son aile et que l’on tentera de protéger, des infectés bien sûr, mais surtout des autres survivants. De fait, vous serez rapidement leader malgré vous d’un petit groupe de survivants aux personnalités multiples et variées, tous ayant un objectif commun : survivre.

The Walking Dead, c’est un jeu de zombies, là-dessus aucun doute, mais n’espérez pas y faire grimper votre compteur de headshot et usez de vos skills pour tapisser les décors de cervelles en décomposition. Non, ici il est question de choix. Des choix souvent injustes, à réaliser dans l’urgence. Décidera-t-on de sauver l’enfant, la fille, le mari, la femme. Va-t-on dire la vérité sur son passé ou protéger la petite Clémentine ? Mentir reviens à continuer l’aventure avec une Épée de Damocles en permanence au-dessus de la tête. Dire la vérité, c’est se prendre le coup de lame tout de suite.

Tout est question de choixLes choix auront une incidence réelle sur le déroulement des évènements et sur la suite de votre aventure. Tous ces choix sont ensuite sauvés et auront une influence aux travers des différents épisodes qui composent la saison 1. On le sait bien, dans un univers post apocalyptique, le danger, c’est autrui. C’est pour cela que chaque nouvelle rencontre se vit avec une tension frôlant l’insupportable. Et en plus de cela, on se doit de protéger Clémentine, le dernier rempart qui reste à Lee avant de passer outre les dernières bribes d’humanité qui restent en lui. C’est souvent quand la petite fille se trouve à nos côtés que nous, joueurs, allons privilégier les choix qui seront les plus compréhensibles pour un enfant. C’est pour elle que l’on raisonne les autres membres du groupes, quand l’un après l'autre ils commencent à perdre les pédales, que ce soit parce qu’ils ont faim ou parce qu’eux aussi se cachent des choses.

Ce qui est intelligent dans The Walking Dead, c’est que Telltale nous conte son histoire, extrêmement bien ficelée avec les rebondissements qu’il faut pour nous surprendre en continu, tout en nous donnant ce sentiment d’être au commande, d’avoir le contrôle. Et nous sommes bien plus que des spectateurs. Nous incarnons le rôle de Lee Everett. Nous faisons avancer l’histoire, et Telltale a réussi le pari de nous faire croire que l’on est acteur. Pour tout vous dire, même les Quick Time Events sont plaisants et intelligemment utilisés. Quand ils apparaissent à l’écran, c’est souvent signe d’une crise cardiaque imminente. Pour Lee ou pour le joueur, ça c’est à vous de le découvrir.Le jeu est dispo sur iOS

Pour finir, sachez que le jeu souffre de quelques bugs dont ont fait rapidement abstraction, tant l”histoire nous fait oublier ces petits glitchs et autres petits problèmes. Rien de bien méchant toutefois. Ce qui l’est plus, c’est que le jeu est en full V.O. et que si vous n’êtes pas très à l’aise avec la langue de Shakespeare, vous êtes mal-barrés. On peut cependant passer le jeu sur PC en sous titré français grâce à la communauté toujours au top de Canard PC. Quant aux versions consoles, aucune idée.

Un seul mot pour conclure, plongez sur ce bijou la tête la première et promis, vous en ressortirez avec une expérience unique, que chaque joueur se doit de vivre. Peu de jeux ont réussi à me tirer autant d’émotion, celui-ci confirme que le jeu vidéo est un art à part entière.

The Walking Dead par Telltale Games, peut-être bien mon GOTY 2012 !

Plus d'images