Sommaire

Fermer
thumbnail

Dans les grosses sorties de fin d'année, il y a de tout, après les griffes de l'assassin voici celui des bêtes de guerre de Medal Of Honor Warfighter. Ce test a été écrit par un pacifiste éminent qui ne ferait pas de mal à une mouche sans son consentement. 

Les 15 premières minutes

Tom Preacher était un soldat, un dur, un tatoué, un vrai de vrai. Il y a quelques semaines avec ses hommes, il s'est rendu en différents endroits du globe pour y mener toute une série de missions liées aux terrorismes international. Il est allé au Pakistan mais aussi et ailleurs. Aujourd'hui, il veut raccrocher les armes et avoir une dernière discussion avec sa future-ex femme Bella. C'est à la gare de Madrid qu'il doit la retrouver accompagnée de Lena, leur fille... Quand le train rejoint son quai, Tom reconnaît quelqu'un et le train explose sous ses yeux... Cette histoire est entrecoupée des missions précitées, au Pakistan, il a fallut investir un port, un peu plus tard, une incroyable poursuite en voiture nous a permis d'identifier un sérieux suspect... Les premières minutes du jeu sont donc très prometteuses. Débarqué aux Philippines, le combat promet d'être épique... Sous une pluie d'enfer, un truc genre le typhon Sandy et avec mon cooéquipier Mother, nous devons récupérer des otages localisés, cela va de soi, à l'autre bout de la ville. On est deux contre un paquet de mauvais, il s'agit sûrement des descendants de Marcos, la lutte sera âpre...

Le multi

Bouclée en quelques heures, disons 5, le mode solo serait-il un mini apéro du festin qui nous attend ? Non, hélas. Les modes de jeu proposés, les classes, les équipements,... tout ce qui nous est proposé dans le mode multi est attendu. Rares, inexistantes sont les surprises. Certains de nos collègues parlent, à l'instar du médicament, de jeu générique, c'est peut-être dur mais ce n'est pas faux (et le prix du jeu n'a rien de générique !).

Le jeu

Disons-le tout de suite, pour les pro de la gâchette (virtuelle on l'espère), l'intérêt de ce jeu est limité. Il sera considéré comme trop facile, pas assez long, manquant de réalisme, doté de l'IA de Justin Bieber. Pour les autres, ceux qui comme moi ne passent que quelques heures par mois derrière une console, ce titre reste divertissant. Bien-sûr, les ennemis ne sont pas des foudres de guerre et ont tendance à se plonger sous le feu de mes balles, bien-sûr, le spectacle est préféré au réalisme dans la plupart des scènes, bien-sûr la moralité finale du titre est discutable mais si on se délasse avec ce genre de titre, ce n'est pas pour simuler une intervention de MSF à Haïti ou ailleurs !

La série

Lancée en 1999, elle s'est longtemps cantonnée à la seconde guerre mondiale, en 2010, cela se passe pour la première fois en Afghanistan et les réactions sont nombreuses... Dans le Monde, Liam Fox, alors secrétaire de la défense britannique était dégoûté et en colère, il déclara : "il est choquant que quelqu'un puisse trouver acceptable de recréer les actes des talibans." D'autres titres s'étaient déjà rendus sur ce terrain glissant, quelques aménagements avaient donc été faits... Ici, à ce niveau, plus de polémique même si le titre est toujours bien ancré dans l'actualité ce qui constitue un plus.

Bref,...

Il y a les papys à casquettes et les Fangio, les joueurs de foot de l'UR Gembloux et ceux de Barcelone, les pizzas Dr Oetker et celles de Maître Mongelli, les amateurs et les pros... Si vous faites partie de cette seconde catégorie, vous pouvez oublier ce titre... Si pas, c'est un beau cadeau à s'offrir pour Noël !

Les plus

  • Les petites scènes de ralenti "à la Max Payne" lors des infiltrations
  • Le lien fort avec l'actualité
  • La variété au sein des opérations
  • Le fait qu'on ne meurt pas pour de vrai
  • La finesse de l'image

Les moins

  • Durée de vie
  • Peu original
  • IA

Développeurs : Danger Close

Editeur : EA

Genre : Stratégie / Action / Guerre

Multijoueurs : oui

Classification : Interdit aux -18ans

Existe sur : PC, Xbox 360 et PS3

Note : 13/20

★★★☆☆

Plus d'images