Sommaire

Fermer
thumbnail

"Yamikin" signifie usurier dans la langue de Molière s'il avait été Japonais. En gros, c'est une personne qui profite de la détresse d'autrui pour lui octroyer un prêt à court terme à des taux d'intérêt extrêmement élevés. Dans la série Ushijima, l'usurier en question s'appelle ... Ushijima.

Un pitch comme on en fait plus

C'est donc l'histoire d'un jeune homme de 23 ans qui dirige au quotidien une société de prêt, Buy Buy Finance. Et si le manga porte son nom, c'est forcément qu'il a un rôle prépondérant dans le déroulement du récit. Quand bien même sa présence tend à s'estomper au fil des épisodes, il reste lié au fil conducteur des différentes petites histoires qui font de lui le personnage central du manga.

large

Un fond et une forme obscure

Au niveau du scénario, on se retrouve à suivre le quotidien d'Ushijima. Des clients de toutes sortes font la queue pour lui emprunter de l'argent. Des mères de famille, des employés, des chômeurs, des étudiants... Tous ceux qui se sont vu refuser un prêt à la banque. Mais Ushijima est un chacal dans l'âme. Il sait tirer profit de la situation en exploitant la nature désespérée de ses clients. Une habituée entre dans les bureaux de Bye Bye Finance. Malgré les nombreuses dettes qu'elle a envers Ushijima, il lui offre la même somme quotidiennement. Il sait qu'elle ira dépenser cet argent au pachinko toute la journée, mais il prend bien note de chacune des sommes prêtées en prenant soin bien évidemment d'y rajouter sa belle commission. L'idée c'est d'aller voir le mari de la femme quand le moment sera opportun pour le forcer par tous les moyens possibles et imaginables à rembourser les différents emprunts de sa tendre moitié. Bel exemple du genre d'ignominie que vous pourrez retrouver dans Ushijima.

Chaud ! Hey mon abbé !

Et plutôt que d'adopter un point de vue centré sur l'usurier, l'auteur du manga, Shôhei Manabe, a décidé de suivre les différents clients d'Ushijima au fil de l'histoire afin de peindre leurs destinées toutes plus tragiques les unes que les autres. Ce qui nous donne, par exemple, une jeune fille qui ne résiste pas à la pression sociale et qui se ruine en vêtements de luxe ou encore un joueur invétéré et obsessionnel qui y laisse sa dignité sans même s'en rendre compte. Un choix scénaristique qui fait de Shôhei Manabe l'un des auteurs les plus prometteurs de la jeune génération de mangakas. Au niveau du crayonné, on retrouve un style cru avec un trait incisif chargé d'expression et de sentiment. Il exprime avec un parfait doigté la noirceur de l'âme humaine et la violence de la "société d'en bas", du Japon underground, décalé, mais cruel. Une réelle découverte pour moi, d'un monde fascinant qui transpire la colère et le désespoir de personnages tombés dans la déchéance du surendettement.

large

Qu'en est-il aujourd'hui ?

Ushijima, c'est aujourd'hui une série éditée chez Kana dans la section Big (adulte) et qui en est à son 18e tome en français. Pas encore d'animé dans les bacs, cependant, un show télévisé est déjà en route et l'acteur qui interprète Ushijima semble avoir été déniché dans les faubourgs de Bagdad (cfr. image ci-dessus). Enfin ... c'était tout pour moi, je m'appelle Washi.

Plus d'images