Sommaire

Fermer
thumbnail

Parfois les choses ne se déroulent pas comme prévu. Souvent même. Mais la meilleure personne pour illustrer ce concept de vie est sans aucun doute Jason Brody. Californien poisseux, ce jeune garçon va très vite regretter son trip avec ses frères et ses amis à l’île de Rook.

Le monde est fait de gens biens

Vaas Montenegro ... un chouette type dans le fond.Un saut en parachute foireux va amener nos amis à se retrouver coincé entre les griffes d’une bande de pirates dirigée par Vaas Montenegro (le gars avec la coupe d’Iroquois surmédiatisé par Ubisoft). Mais déjà, on constate que l’idée de mettre en avant le méchant de l’histoire ne s’avère au final pas un si mauvais choix. Vaas est le genre de gars déluré qui dès ses premières répliques nous captive tant il parait à la fois charmant et psychotique. Le ton et la manière qu’il a de s’exprimer accentuent sa mégalomanie et son regard nerveux. On aime. Ce qu’on aime moins, c’est que quelques mètres plus loin, Vaas n’hésite pas une seconde à placer une balle entre les deux yeux de votre grand frère avec lequel vous étiez en train de vous échapper. On sent le coup de la vengeance tomber, mais ce n’est pas encore pour tout de suite.

Les défoncés du système

Denis Rogers est, sous ses airs d'ex-président déchu, un tatoueur hors-normes.Plus loin sur l’île, on va retrouver les Rakyat. Une espèce de peuple indigène qui ont l’air de prendre la vie très à la légère et qui semble être le berceau d’une MST assez célèbre. Toujours est-il que vous allez vous faire en la personne de Denis Rogers, un nouvel ami qui va vous aider et vous expliquer deux trois trucs à retenir pour survivre et parvenir à sauver vos amis. Premier constat : la mécanique de l’île fonctionne jusqu’ici parfaitement bien. On se cache dans la broussaille pour passer inaperçu. Nos déplacements accroupis sont également considérés comme discrets, pour autant qu’on ne soit pas en plein dans le champ de vision de l’ennemi : logique. Aussi, désormais et contrairement à Far Cry 2, lorsque vous nettoyez une zone ou un camp de pirates, il le reste pour de bon. Les Rakyat s’y installent et tout baigne. Il semblerait que l’équipe de développement ait été à l’écoute des critiques du précédent opus. On retrouvera un peu partout des shops pour y vendre/acheter des objets histoire de se faire quelques brouzoufs, et on ne manquera surtout pas d’activer les tours radios à tour de rôle afin d’afficher sur votre carte les points importants de la région désormais couverte.

Des mécaniques simples et efficaces

"Ma mère ... à moi ?!"Au fur et à mesure de vos pérégrinations, vous débloquerez de nouvelles quêtes, missions en tout genre. Assassinat, ravitaillement, chasse ou encore aventure feront parti de votre quotidien. Fini le surfeur beau gosse. Maintenant vous êtes un guerrier. C’est Denis Rogers qui l’a dit. Et on remarque également très vite que l’accent de ce volet est mis sur la cueillette et l’artisanat. Les peaux ou herbes ramassées vous permettront de confectionner des objets ou encore des seringues histoire de se shooter en cas de pépin. Et des pépins, la flore locale va vous en refiler, croyez moi. Entre les attaques de serpents et les charges de buffles/taureaux/chèvres (je n’ai pas eu le temps d'identifier la bête qui m’a lâchement achevé pendant que je glandouillais entre deux palmiers) vous aurez souvent l’impression de vivre au sein d’une faune vivante qui n’hésitera pas à défendre son territoire lorsque vous vous y trouvez. Mais pour vous aider, un petit sigle apparaîtra pour vous prévenir de l’imminente attaque d’un bovin par exemple. Ce n’est pas évident à deviner, mais vous êtes prévenus.

Les femmes préfèrent les hommes d'expériences

Plus de 30 véhicules disponibles ... de quoi goûter au joie du city-trip sous toutes ses formes.Afin de rendre vos attaques plus techniques et plus réfléchies, il vous sera octroyé des points d'expériences en fonction de votre style. Défoncez vos adversaires à la machette et vous obtiendrez ainsi bien plus de points qu’en y allant à la mitrailleuse. Les autres moyens de gagner de l'expérience sont bien évidemment aussi multiples que variés. Vous en obtiendrez en achevant vos quêtes, défis et en dénichant certains objets cachés sur la carte. Et quelle carte. Vous comprendrez très vite que pour éviter de passer par les raccourcis de la carte (vous pouvez vous rendre sur l’une de vos zones contrôlées d’une simple pression sur la carte) il va vous falloir des moyens de locomotions un chouïa plus adapté que votre paire de tongs. Dans Far Cry 3, vous serez servi. Plus d’une trentaine de véhicules sont accessibles et vous permettront de tailler la route de manière plus rapide et surtout plus confortable.

Un environnement hyperactif

"Tu vois ce couteau ? Tu vois ton cul ?"Le volet précédent de Far Cry mettait l’accent sur une nouveauté : la propagation du feu et ses conséquences sur l’environnement. Et bien, bonne nouvelle, c’est toujours d’actualité. Il sera toujours possible d’encercler vos adversaires par les flammes en décochant quelques flèches incendiaires ou cocktails Molotov. On regrette néanmoins que la météo dynamique n’ai pas d’influence sur ce qu’il se passe au sol. S’il pleut des cordes, votre feu tiendra coûte que coûte. Pareil pour le cycle jour/nuit qui n’influencera pas du tout l’état des pirates, qui resteront aussi nombreux et aussi alerte qu’une bande de cocaïnomanes homophobes. Leur intelligence artificielle a cependant été revue à la hausse, sans pour autant les doter du QI d’un gosse de six ans. Ils auront aussi bien tendance à vous chinoiser qu’à vous foncer droit dessus sans trop poser de questions.

Parlons technique

Niveau technique, retenez juste que j’ai testé la version Xbox 360 du titre et que ça se rapproche fort des plus belles sorties jusqu’ici. Difficile de faire mieux et ça se comprend vu la taille monstrueuse de la map, du champ de vision et des éléments et textures détaillées, mais pas toutes au même degré malheureusement. L’ensemble se tient parfaitement et on prend beaucoup de plaisir à traîner ici et là, délaissant parfois même la trame principale histoire de visiter cette jungle dense et hostile. On admirera au passage certains effets de feu et d’explosion pour le moins convaincant. Du beau boulot en somme.

Le bât blesse

Et puis je terminerais ce test en vous disant que niveau multi on retrouve du classique hormis quelques modes de jeu comme celui qui nous permet de détruire les ressources ennemies en les enflammant. La bonne nouvelle c’est que votre équipement et certaines compétences sont personnalisables et que le tout prolongera la durée de vie du jeu qui vous tiendra en haleine entre 40h et 45h en terminant toutes les quêtes annexes.

Le mot de la fin

Des environnements riches et vivants, des personnages charismatiques et attachants, une histoire sans le moindre mort-vivant et originale et puis surtout une équipe de développement qui a su être à l’écoute des joueurs et qui a su tirer le meilleur des deux premiers volets de la franchise, font de ce Far Cry 3 un titre qui peut faire figure de référence pour tout un tas de gens pour qui nature, tongs et cocaïne vont de paires. Un des meilleurs FPS de l’année ? Fort possible.

Les plus

  • Joli
  • Vaas Montenegro
  • Une map gigantesque et ouverte
  • Une prise en main simple et intuitive

Les moins

  • La bande son un peu trop éléctro
  • Le multi trop juste

Editeurs : Ubisoft

Développeurs : Ubisoft Montreal

Genre : FPS

Classification : PEGI 18

Existe sur : PC, Xbox 360 et PS3

Note : 18/20

Parfois les choses ne se déroulent pas comme prévu. Souvent même. Mais la meilleure personne pour illustrer ce concept de vie est sans aucun doute Jason Brody. Californien poisseux, ce jeune garçon va très vite regretter son trip avec ses frères et ses amis à l’île de Rook.

Nov 26, 2012 by Washisamaphoto of 'Far Cry 3'

function rating_stars(rating){ var stars = []; for(i = 0; i < 5; i++){ if(i < rating) { stars += String.fromCharCode(parseInt('2605', 16)); } else { stars += String.fromCharCode(parseInt('2606', 16)); } } return stars } Des environnements riches et vivants, des personnages charismatiques et attachants, une histoire sans le moindre mort-vivant et originale et puis surtout une équipe de développement qui a su être à l’écoute des joueurs et qui a su tirer le meilleur des deux premiers volets de la franchise, font de ce Far Cry 3 un titre qui peut faire figure de référence pour tout un tas de gens pour qui nature, tongs et cocaïne vont de paires. Un des meilleurs FPS de l’année ? Fort possible.

Plus d'images