Sommaire

Fermer

thumbnail

Le patron de Gas Powered Games, Chris Taylor, a décidé de tenter le tout pour le tout avec la campagne Kickstarter de leur dernier jeu : Wildman. Ce titre se veut être un action-RPG "évolutif". Comprenez par là que c'est un diablo-like avec beaucoup d'options de customisation de personnage.

Avec la barre fixée à 1,1 millions de dollars, dont 300.000 déjà récoltés et 24 jours restant, le jeu ne cache pas son ambition. Peut-être un peu trop d'ailleurs, et c'est pour cette raison que le brave Chris a décidé de prendre tous les risques à son compte : il a licensié tous les employés de Gas Powered Games afin qu'ils ne se retrouvent pas englués dans les emmerdes si la longue campagne Kickstarter échoue. Choix discutable s'il en est, puisque se retrouver sans emploi n'est pas non-plus la plus enviable des positions. Il promet tout de même de réemployer ses ex-développeurs si le jeu est financé et s'ils n'ont pas retrouvé du travail entre temps.

"The outpouring of support this past few days has been unlike anything I could have imagined. I can't thank everyone enough, and can only hope that one day I will return the favor to each and every person who reached out to help," said Chris Taylor, CEO and Founder of Gas Power Games.

Il demande ensuite aux joueurs de décider s'ils veulent continuer à supporter le jeu et de donner leur avis sur ce choix en commentaire. En gros, il nous demande si nous sommes prêts à prendre le risque de backer un jeu dont la viabilité est discutable : à mon sens, perdre ses développeurs clefs rend le jeu très bancal, s'ils ne sont pas réemployés à la fin de la campagne.

Hormis toutes les questions éthiques que cette décision soulève, l'intérêt d'une telle manoeuvre est édivent : il compte sur le bon coeur des gens pour financer son projet. Et à en juger par l'argent récolté au cours de ces derniers jours, ça fonctionne!

On peut également se poser la question de l'authenticité de cette déclaration, mais personnellement, même si je trouve la vidéo un peu trop larmoyante (et surjouée) à mon goût, je n'ai pas de doute sur les sentiments et les intentions de Chris Taylor : il cherche à empêcher son studio de sombrer et il ne veut pas entraîner ses employés dans sa chute éventuelle. Alors oui, c'est un show à l'américaine et il a certainement dû faire un certain nombre de prises afin d'atteindre le degré d'émotion voulu, mais il n'en fait pas moins une génuflexion à poil devant nous.

Au final, tout se résume à cette question : aimez-vous le concept du jeu et souhaitez-vous le supporter?

Plus d'images