Sommaire

Fermer
thumbnail

Derrière ce titre totalement vide de sens se cache une vérité toutefois absente de la communication de Sony depuis le lancement du PlayStation Plus : le joueur peut parfois (rarement certes) avoir l'impression de "ken" les éditeurs de jeux-vidéo. Alors déjà pour mettre les choses au clair, non, je ne fais pas référence aux hackeurs et autres pirates de la sphère vidéo-ludique. Non, en réalité pour avancer cette thèse, je me fie tout simplement à mon sentiment de gamer et à mes premières impressions de nouvel abonné PlayStation Plus.

Mais alors, me direz-vous, comment un simple abonné du PlayStation Plus peut-il sentir les effluves du viol virtuel sans même avoir à craindre la contraction du sida ? Et bien, je vous répondrais que ça tombe sous le sens. Si au premier abord, la communication de Sony semblait s'adresser à une espèce de couche élitiste, à même de pouvoir s'offrir les services payants d'un espace "premium" aux avantages encore obscures, il s'est avéré totalement inexact de penser qu'un abonnement de ce type ne pouvait qu'être proposé à une certaine classe de la société pour des raisons évidents de moeurs et d'éthiques.

Un peu d'arithmétique

Ensuite, afin de mieux comprendre mon sentiment de supériorité depuis mon entrée dans le monde du Plus, je vous invite à une petite séance d'arithmétique basée sur un mois de février dans la peau d'un joueur lambda antipathique et repoussant prénommé Gilles et de celle d'un joueur heureux et épanoui, abonné au PlayStation Plus et qui pour l'exercice portera le doux nom de Kenator.

L'énoncé du problème est le suivant : Gilles et Kenator veulent tous deux s'offrir quelques jeux pour passer un hiver paisible et reposant, dans le confort de leur demeure respective. Combien devront-ils débourser au total, en sachant que:

  • Sleeping Dogs est disponible à 29,74€ pour PS3 sur Amazon.fr
  • F1 Race Stars est disponible à 37,83€ pour PS3 sur Amazon.fr
  • Quantum Conundrum est disponible à 10,99€ sur le PlayStation Store
  • WipEout 2048 est disponible à 34,90€ sur Fnac.com
  • Lumines : Electronic Symphony est disponible à 22,28€ sur Fnac.com

"Impossibru !!!"Dans le cas de Gilles, une rapide addition nous permet d'obtenir le résultat. Et c'est donc pas moins de 135,74€ qu'il devra débourser s'il désire obtenir chacun de ces titres au meilleur prix. En ce qui concerne Kenator, le calcul est tout autre puisque ces titres font parti des jeux mis à la disposition des abonnés PlayStation Plus pour le mois de février. Donc, il ne doit rien débourser de plus si ce n'est sa modeste participation au frais du service sus-nommé (participation qui s'élève a 14,99€ pour 90 jours d'abonnement soit 3 mois ou 49,99€ pour un abonnement d'un an).

CQFD

Ce qu'il fallait démontrer (ou le célèbre "cqfd") par ce problème est donc que l'avantage de passer par le PlayStation Plus est exponentielle puisque chaque mois, de nouveaux jeux sont mis à la disposition des gamers et seront disponibles tout le mois durant. Par exemple, en janvier de cette année, vous pouviez retrouvez sur le PS+ :

  • BioShock 2
  • Ratchet and Clank All 4 One
  • Cubixx HD
  • Jet Set Radio
  • Pinball Arcade

"C'est le plus beau jour de ma vie ..."De quoi découvrir des titres plus ou moins intéressants (vous savez, les goûts et les couleurs, …) au nombre de 45 par an et puis aussi de bénéficier de remises sur une large gamme de contenus du PlayStation Store. Après, le reste c'est cadeau et on y retrouve des avatars premium, des thèmes dynamiques, un accès prioritaire au démo et bêta le stockage en ligne de vos trophées, sauvegardes et autres joyeusetés.

Et c'est là-dessus que je vous quitte, à tous, un bon week-end et une bonne fin de journée.

Plus d'images