Sommaire

Fermer
thumbnail

Arrivé en 2008, Dead Space a été accueilli par les joueurs comme un jeu où la peur était omniprésente, un vrai survival horror comme on n’en faisait plus. Les grosses licences se cherchant à l’époque, ce premier épisode des aventures d’Isaac Clarke est devenu incontournable pour toutes personnes qui cherchaient à frissonner pad en main. Dead Space combinait tous les ingrédients qui façonnent une ambiance oppressante et angoissante. En alliant science fiction et survie, la licence rappelait l’Alien de Rydley Scott. Vous êtes dans l’espace et personne ne vous entend crier.

Le vaisseau de l’angoisse

Le deuxième épisode avait déjà essuyé de nombreuses critiques, divisant les fans du premier opus et les néophytes. Son virage vers une action plus soutenue avait en effet déçu les adeptes du pur style survival horror. Aujourd’hui, le troisième épisode de la série va encore plus loin en proposant aux joueurs un parfait hybride entre le TPS action scripté à tout va et le survival horror.

Entendons-nous bien, par parfait, j'exprime ici le fait que le jeu utilise tous les codes mis à sa disposition pour contenter un public toujours plus large, mais plus une niche. Ainsi, on retouve une mise en scène hollywoodienne, une bande son brillante, une direction artistique impeccable soutenue par une technique maitrisée, et l'alternance de rythme entre action et passage exploration propose une combinaison équilibrée. En bref, rien n’est laissé de côté.

large

Si je m'arrêtais ici, on repartirait avec un très bon jeu et je vous dirais de foncer dessus. Mais hélas, tout n’est pas aussi rose dans ce nouvel épisode. Du Dead Space original, il ne reste désormais plus grand chose à part l'histoire et les décors. L’action prend tellement le pas sur le reste qu’on qualifiera volontier le jeu de TPS action plutôt que de survival horror. L’ambiance est toujours présente, mais jamais dérangeante et aucunement horrifique. En reprenant à gauche à droite ce qui fonctionne bien ailleurs, Visceral Games a créé un jeu qui n’apporte rien de nouveau. 

Certes, ça fonctionne et c’est soigné, mais je n’ai pas pris de plaisir en avançant dans l’aventure. Certains passages ultra bourrins où on doit se replier dans un coin en tirant sur les monstres qui arrivent par paquet de 10 m’ont particulièrement ennuyés. Une des licences les plus terrifiantes ne fait désormais plus peur, et c’est bien dommage. 

 

Isaac Clarke X Nathan Drake

De plus, si le jeu se veut encore plus tourné vers l’action, le gameplay n’a quant à lui que peu évolué. On se retrouve à diriger un personnage lourd et peu maniable, rendant certains passages presque indigestes. Et que dire du système de couverture complètement raté, où l’on se contente de rester accroupi en attendant qu’un ennemi à l’IA inéxistante sorte sa tête pour prendre un headshot facile. 

large

Les plus novices en TPS apprécieront certainement le jeu pour ce qu’il est. Beau et soigné avec sa direction artistique travaillée et son habillage sonore impeccable, le jeu est convaincant sur bien des aspects. Mais là où le bât blesse, c’est au niveau du gameplay et de la disparition du facteur “peur”, de la perte de l'ambiance unique des premiers épisodes pour laisser place à l'action façon blockbuster AAA.

Dead Space n'est plus

Au final, Dead Space 3 n'est plus un survival horror et devient un TPS moyen, la faute à son gameplay peu adapté aux situations auxquelles on doit faire face. L’arrivée d’un mode coopération en ligne renforce un peu plus ce sentiment du tout pour l’action. Même s’il est finement pensé et est l’un des aspects les plus intéressant de ce titre, le mode coopération donne juste cette impression d’avoir deux bras de plus, pour finalement avoir plus d'armes et déglinguer un peu plus de créatures étranges dans l’espace.

On ne peut pas reprocher à Visceral Games d’avoir essayé autre chose avec ce nouvel épisode. En restant sur leurs bases, on les aurait sans doute accablé d’autres reproches en pointant du doigt une prise de risque moindre. On aurait dit alors que le studio nous ressort du réchauffé. Dead Space 3 se fond cependant dans un panel de blockbusters action déjà bien fourni. Si le premier jeu trônait en tête des survival horror, ce troisième épisode ne restera pas dans les anales des TPS action. Dommage.

 

Test réalisé à partir d'une version éditeur sur PS3

Éditeur : Electronic Arts

Développeur : Visceral Games

Genre : Survie... Action / aventure

Multijoueur : oui

Existe sur : PC, PS3, Xbox 360

Note : 12/20

 

Les plus

  • L'univers Dead Space
  • L'ambiance sonore
  • Le mode co-op

Les moins

  • Gameplay rigide
  • Ne fait plus peur
  • TPS générique

Test de Dead SPace 3 sur PS3 | le Blog Jeu Vidéo

Mars 05, 2013 by JonhyBleezphoto of 'Dead Space 3'

function rating_stars(rating){ var stars = []; for(i = 0; i < 5; i++){ if(i < rating) { stars += String.fromCharCode(parseInt('2605', 16)); } else { stars += String.fromCharCode(parseInt('2606', 16)); } } return stars } « Au final, Dead Space 3 n'est plus un survival horror et devient un TPS moyen, la faute à son gameplay peu adapté aux situations auxquelles on doit faire face.

Plus d'images