Sommaire

Fermer
thumbnail

Alors que Sim City devait clore un hiver sensé être bien bénéfique pour la firme, Electronic Arts se retrouve au contraire dans la mouise la plus profonde. Il s'avère que l'année 2013 ne commence pas vraiment fort pour cette société américaine jadis leader du marché du jeu vidéo. Certains choix pris par la direction n'ont pas forcément été les bons, mais les choses vont changer nous assure t'on...

Petit bout d'histoire

EA c'est pas de la petite boîte !Electronic Arts, ou EA comme on l'appelle plus communément, est une société américaine fondée par Trip Hawkins en 1982 dont le siège est basé à Redwood en Californie. Il s'agit d'un des principaux développeur et producteurs de jeux vidéos au monde. En date du 31 décembre 2012, 9370 personnes sont répertoriées comme "employé" de chez Electronic Arts et au moins 8200 de ces personnes seraient affectées à des équipes de développement de jeux. Depuis sa création, cette firme à reçu plus de 700 récompenses officielles pour ses créations, mais ses succès elle le doit principalement à une gestion en bon père de famille par le passé, aux rachats de différentes sociétés montantes ainsi qu'à l'achat de licences très connues, comme celles liées aux sports (FIFA, NBA, NHL,...).

Il fût un temps pas si lointain, fort de la réussite de quelques titres originaux et/ou grahiquement très réussis, Electronic Arts s'érigea en tant que leader mondial du marché du jeu vidéo. Mais cette plus haute place sur le podium, les gars de chez EA ne la gardèrent que jusqu'en 2008, où Activision Blizzard les éjectèrent rapidement à grand coups de World of Warcraft. Depuis cette période, j'ai l'impression que ça ne va plus très fort dans cette boîte, que l'on se cherche un peu, qu'on n'y fais pas toujours les bons choix. Vous n'allez sans doute pas me contredire puisqu'en ce début d'année, cela se confirme sur pas mal de plans. EA ne fait vraiment plus l'unanimité auprès des gamers et éprouve pas mal de soucis à tenir une vraie, bonne, honnête ligne de conduite.

La cata 2013

Ces dernières années, EA nous réservait toujours avec plus ou moins de réussite quelques gros titres pour la fin de l'hiver. Nous avions notamment eu droit à Mass Effect l'année passée, à SSX, où Kingdom of Amalur,... En 2013, ils voulaient nous remettre le couvert avec Crysis 3, Dead Space 3 et Sim City, des jeux très attendus et promis à un bel avenir, mais pourtant c'est le flop total. Revenons sur ces trois hits ratés.

Dead Space 3

Pourquoi est il devenu aussi "tout public" ?Dead Space 3, qui fût le premier à sortir début février, n'a vraiment pas fait que des heureux c'est le moins que l'on puisse dire. Les attentes des joueurs étaient énormes mais les chiffres de ventes eux ne le sont pas ! Actuellement notifié à un plus d'un million de jeux vendus, EA estime que c'est beaucoup trop peu pour une saga de ce calibre. La faute à qui ? Non pas à Washisama qui lui arrive à rendre ce titre amusant lors de ses live Horror Game Show du mardi soir, mais j'aurai plutot envie de dire qu'EA n'a jamais réellement réussi à greffer ce survival horror dans l'esprit de tous les joueurs, notamment en reciblant le concept de la licence dans le deuxième épisode, le rendant beaucoup plus "tout public" en y ajoutant une bonne dose d'action au détriment du survival et de l'angoisse pure. Quelques jours après sa sortie, Dead Space 3 n'obtiendra péniblement qu'une moyenne de 14/20 dans la majorité des tests sur internet ou dans la presse écrite. JonhyBleez notre testeur de chic et de charme n'avait pas manqué lui non plus de marquer sa déception dans son test écrit il y a peu.

Je trouve cela dommage, voir même du gaspillage, car avec le premier épisode EA tenait en main un nom qui pouvait rester gravé dans les mémoires des joueurs à travers le temps, d'autant plus que du côté marketing, tout avait été bien fait (bandes dessinées, mini-séries animées, romans,...) pour promouvoir la saga comme il se devait. Aujourd'hui, suite à cette énorme déception et une critique logiquement sévère, les rumeurs d'annulation du projet de développement de Dead Space 4 ne font que courir de sites en sites sur internet. Ca sent tout doucement la porte pour Isaac Clarke j'ai l'impression snif.

Crysis 3

On attendait tellement plus...Deux semaines plus tard, nous retrouvions Crysis 3 dans les bacs. Là aussi les attentes des joueurs étaient très marquées autour de ce FPS qui semblait si novateur, si impressionnant, prenant et nombreux autres qualificatifs. Mais voilà, les retours de la presse et des joueurs ne fûrent pas à la mesure des espérences de la firme de Redwood. Pour la deuxième fois en deux semaine, EA nous proposait un jeu, certainement pas la pure daube de compétition, mais trop moyen comparé aux promesses faites. Il n'obtiendra d'ailleurs que des cotations aux alentours de 14 et 15/20 dans la majorité des tests, ce qui reste une fois de plus beaucoup trop peu pour une licence de ce calibre. Pire chez nous au Blog Jeu Video, Washisama a amerement avalé la pilule, le gratifiant d'un gentil 13/20. Les ventes n'en n'ont jamais vraiment décollé et le nom "Crysis" vient de prendre une sacrée claque... Partageant l'avis de Washi dans son test, je vous laisse vous faire votre propre opinion sur les raisons de ce nouvel échec, elles ne sont pas dures à se forger.

Sim City

DRM ou pas ? EA n'est même pas clair là dessus !Là on tient le ponpon ! Le 7 mars passé sortait Sim City sur PC. Les gamers relèvent le fait qu'étrangement la les critiques de Crysis 3 sont valables pour Sim City, mais ça passe encore. Le vrai gros problème, c'est que les honnêtes joueurs PC, qui attendaient ce jeu depuis pratiquement 10 ans et qui sont allés à la boutique vider leurs bourses, se retrouvent dans l'incapacité de jouer à cause d'une protection Anti-Piratage ! En effet, afin de vérifier la légimité des copies de leur jeu en cours d'utilisation, EA avait au préalable installé un DRM sur chaque version de Sim City qui leur permettait d'en vérifier la provenance, la légalité et donc de punir les téléchargeurs pirates. Mais ce à quoi n'avait pas pensé EA, c'est que ce système nécessite une connection internet obligatoire et constante chez les gamers désirant jouer à Sim City et qu'une fois tous connectés, ces mêmes joueurs feraient royalement planter tous les serveurs ! Il faudra plusieurs jours aux techniciens de la firme pour arranger petit à petit l'histoire, la suppression temporaire de plusieurs options exigentes dans le jeu, pour que certains joueurs puissent enfin jouer sans être déconnectés intempestivement.

Je ne manquerai pas de bien relever le fait qu'une fois de plus, le combat d'un éditeur de jeux contre le piratage ne fait réllement chier qu'une seule personne : le joueur honnête qui est allé acheter son jeu tranquillement ! A savoir aussi que, suite à cette vaste comédie, EA à tenu à dédommager les joueurs logiquement hurleurs de mécontement en leur proposant gratuitement un jeu du catalgue Origin, sa plateforme de téléchargement en ligne. Moi j'aurai pris ça pour une tentative désespérée et inappropriée de calmer les choses, JonhyBleez dans son récent billet à ce sujet parle quant à lui d'une blague de mauvais goût... et c'est pas faux. Le mal était bel et bien déjà fait et la critique dans la presse, les sites internet, n'en reste pas moins très mauvaise concernant Sim City avec des cotations dépassant rarement le 13/20.

Le crash clash

Ouaip' bye bye John et merci hein !On n'en a pas beaucoup parlé, mais quelques studios sous la tutelle d'EA ont fermé récemment. Notamment ceux liés à Bioware à San Francisco début de cette année 2013 et des locaux spécialisés dans le portage de licences EA sur Facebook ou web browser. Toutes ces antennes reviennent trop cher à Electronic Arts dit on et aucune autre solution que mettre plus d'une trentaine d'employés à la porte et de d'en mettre la clé dessous. Il se chuchotte également que Visceral Games, studio à l'origine de la saga Dead Space, ne serait pas non plus en pleine santé financière, que la liquidation serait même assez proche. Ce qui confirmerait une fois de plus l'abandon du projet Dead Space 4. Les choses vont de plus en plus mal et il faut réagir et vite !

Cette réaction, elle eu la forme d'un gigantesque coup de tonerre dans les bureaux de chez EA ce 18 mars 2013. Date à laquelle le président de la firme, John Riccitiello, annoncait sa démission ! Dans une lettre adressée à ses employés, il déclare qu'il mettra un terme à ses fonctions le 30 mars et qu'il quitterai officiellement son poste fin de ce mois. Il s'estime comme unique responsable des mauvais résultats de l'entreprise et estime que ce choix est une décision logique et inéluctable. Alors qu'elle est en baisse depuis de nombreux mois maintenant, l'action boursière d'Electronic Arts s'est étrangement remis à grimper de 14 à 19$ quelques heures après cette annonce ! Bizarre bizarre hein ?

Riccitiello, en poste depuis 2007 avait visiblement perdu la confiance de nombreux investisseurs ces dernières semaines et le Conseil d'Administration lui aurait suggéré de s'en aller dignement. Dans un communiqué, le CA précise que Larry Probst, ancien président d'EA de 2001 à 2007 devrait reprendre les rênes de la société tant que maintenant, qu'il fallait s'attendre à une période de transition le temps de nommer un nouveau CEO. Il remercie également Riccitiello pour son énergie et son apport. Aux yeux des joueurs, John Riccitiello restera celui qui a redoré un peu le blason d'EA en lui enlevant cette étiquette de géant mangeur de petits studios, celui qui aura quand même lancé quelques fameuses licences à succès, donné un coup de jeune à d'autres sagas plus vieillissantes et surtout intégré EA dans le marché du jeu dématérialisé.C'est déjà pas mal, mais bon...

On fait quoi maintenant ?

A l'instar de ses héros, EA devrait prendre lui aussi quelques risques !C'est la question qu'EA doit sans doute retourner dans tous les sens. A coup sûr, personne n'aurait imaginé telle catastrophe en cette début d'année. Electronic Arts voyait probablement les choses différement, espérait autre déroulement et beaucoup plus de succès. D'autant que la ligne de conduite choisie par les dirigeants était la sécurité éditoriale, en proposant des jeux forts d'une renommée passée, possédant une jouabilité simple et ouverte à tous, mais manquant cruellement d'originalité et de profondeur.

Si je pouvais me permettre un conseil à EA, je leur dirai de ne pas sous estimer la puissance ni le nombre de hardcore gamers, et de ne pas rendre à chaque fois ses jeux plus "casual". Mais c'est en hurlant bien fort que le je les inciterai à ne plus tant hésiter à prendre quelques risques de temps à autres ! Je leur crierai qu'il faut peut être revoir en profondeur certains aspects du gaming et de leurs franchises passées, se relancer dans des concepts plus hardcore et originaux. Et, quitte à rêver un peu, s'il y avait moyen de devenir une nouvelle société qui aime son gamer et non pas l'argent de son gamer, là je serai aux anges héhéhé...

Nous sommes à l'aube de du débarquement d'une nouvelle génération de consoles, je pense donc que si EA veut reprendre les choses en mains intelligemment, c'est le meilleur moment pour le faire ! EA nous comblera encore de longues années, j'en suir certain...

 

 

Plus d'images