Sommaire

Fermer
thumbnail

Pour enchainer sur l'article de Laurent à propos de Romstation, site qui nous offre un florilège de jeux old-school, et pas mal d'émulateurs, je vous propose de re-découvrir une console de jeu justement dédiée à l'émulation. : le mini-ordinateur Pandora !

Re-découvrir, car en effet, la console existe déjà depuis deux-trois ans, à déjà vécu tout un cycle de délais et de modifications en cours de route car les débuts du projet Pandora remontent quand même jusqu'à 2008!!); ensuite il y a eu des problèmes de livraison car la demande excédait le nombre d'unités disponibles...  Mais finalement la version 2013, la Pandora Rebirth, est enfin arrivée à maturité - et surtout, enfin disponible avec des stocks raisonnables.

Mais qu'est-ce donc que cette Pandora?

Admirez ces courbes !Et bien, contrairement à la fameuse boite de Pandore d'où le produit tire son nom, cette console, ou plus précisément, ce mini-ordinateur tournant en open source (GNU/LINUX), ne contient nullement tous les maux de l'humanité, mais propose ni plus ni moins d'être une plateforme pour tout émulateur de toutes les consoles et micro-ordinateurs de l'âge d'or du jeu vidéo jusque grosso modo la Dreamcast!! Oui, vous avez bien entendu : du vénérable ZX Spectrum, en passant par le C64, l'Amiga, mais aussi la NES, Super NES, N64, Gameboy, jeux d'Arcade façon MAME, Playstation 1, et j'en passe! Bref, cette console portable (qui ressemble à s'y méprendre à une Nintendo 3DS) est le rêve ultime de tout fan d'émulation old-school ! Théoriquement, pour autant qu'il existe un émulateur et que vous avez la ROM d'un jeu (que vous aurez bien entendu obtenu de façon parfaitement légale...), la Pandora peut le faire tourner les doigts dans le nez.

Mais voyons un peu les spécifications techniques de l'engin : 

  • Processeur ARM Corex de 1Ghz ainsi qu'un processeur graphique dédié
  • 512MB de RAM
  • Ecran couleur tactile 800*480, sortie S-Video et Composite
  • Connectivité Wifi et Bluetooth, USB 2.0
  • Clavier complet et contrôles classiques : D-Pad, deux sticks analogues et 6 boutons
  • Deux emplacements SD pouvant aller jusqu'à 256 gigas de stockage
  • Batterie de 4000 milli-ampères, garantissant jusqu'à 10 heures de jeu entre deux recharges

En analysant ces spécifications, on peut comprendre que l'approche de l'émulation est celle de "brute force"; en effet, de nos jours, il est devenu facile d'émuler ces vénérables consoles d'antan car la puissance de calcul des processeurs actuels dépasse de très loin les besoins des jeux émulés. Et ayant testé quelques jeux, je peux vous assurer que c'est même plus agréable de jouer en émulation qu'à l'original ! Fini les saccades qu'on pouvait avoir sur des jeux PS1 originaux! 

En plus, avec tout l'espace de stockage qui est disponible, il est tout à fait envisageable d'avoir une bibliothèque quasi illimitée de jeux émulés, couvrant l'âge d'or du jeu video, du début des années 80 jusque le début 2000 - 20 ans d'histoire de jeu video dans sa poche!

Mais, cerise sur le gâteau, vous disposez aussi d'un vrai OS open source, faisant de cette console de jeu un véritable ordinateur de poche tournant sous Linux, pour être plus précis, il s'agit de la distro Angstrom. Mais rien ne vous empêche de faire tourner une autre distro dessus, voire, carrément utiliser un OS Android, car la Pandora est configurable et modifiable à l'extrême!

Bien sur, tant de liberté, tant de puissance vient avec trois bémols : le prix, le facteur "prototype" et le degré de connaissances nécessaires pour faire tourner l'engin. Premièrement, la Pandora se vend quand même dans une fourchette de prix allant de 250€ à 600€, en fonction de la version : 250€ pour la version Classic, et donc presque 600€ pour le modèle haut de gamme. Aussi, on peut voir que la Pandora reste un produit de niche, qui est (et sera probablement jamais) vendu en production de masse..avec tous les inconvénients que cela peut entraîner au niveau SAV, support...En effet, j'ai pu constater que sur les trois modèles d'exposition, qui devraient normalement être identiques, on avait l'impression que chaque console avait été assemblé à la main (et pas par une unité de production automatisée)... ça faisait un peu bricolage de projet de fin d'études! Finalement, il ne faut pas croire que l'on peut acheter la Pandora, l'allumer, et commencer à jouer... il faut un peu soit tant s'y connaitre en Linux et émulateurs. Ceci dit, les forums utilisateurs regorgent d'un tas incalculable de tutoriels, explications, guides... dont vous aurez certainement besoin tant il y a des possibilités avec ce système.

Conclusion

Bref, perso, un coup de coeur absolu. Mais pour le gamer "classique",  je dirais quand même qu'il s'agit là vraiment d'une console de niche qui s'adresse uniquement aux geeks nostalgiques, bidouilleurs, bricoleurs et fan de la scène émulation ! Et pour peu que vous n'ayez pas peur de mettre les mains dans le cambouis, vous avez là vraiment un système portable tout à fait unique en son genre !

Plus d'images