Sommaire

Fermer
thumbnail

Gran Turismo, c'est la franchise de simulation automobile phare de Sony depuis plus de 15 ans maintenant. Et vous savez, pour célébrer cet anniversaire comme il se doit, Polyphony Digital nous propose depuis peu son 6ème jeu, un nouvel opus destiné à faire oublier le très mitigé GT5 et qui tentera aussi de prouver au monde entier que la PS3 a encore de beaux restes... A vrai dire, Gran Turismo 6 me fait plutôt peur et  je me questionne : Comment le célèbre producteur Kazunori Yamauchi va t-il négocier ce nouveau tournant très très glissant ? Va t'il arriver à proposer la simulation de conduite de haute volée que le monolithe noir en fin de vie méritait ? Dois-je m'attendre enfin à du neuf ou vais-je assister impuissant à la fin de la série ? J'ai maintenant la majorité de mes réponses après quelques semaines de test acharné. Vous les voulez aussi ? Allez alors, en route Simone ! On passe la 6ème...

La Ferrari en bois devenant Lada en or

Le concept m'avait inspiré, au début...Une fois n'est pas coutume, parlons de moi, et optionnellement de mon lien avec les jeux Gran Turismo tiens. A l'âge insouciant et infernal de l'adolescence, je n'avais qu'une seule pensée (hormis les gonzesses et la binouze) : jouer Gran Turismo en rentrant de l'école. Il s'avère en effet que Sony et Polyphony Digital proposaient en 1998 un merveilleux jeu de voitures, superbement réalisé visuellement, axé sur la simulation pure et dure et bourré de véhicules en tout genre. Cette exclusivité PlayStation était le must pour un fan d'automobilisme comme moi ! Au début de l'an 2000, j'ai succombé pour le 2ème opus encore plus beau, encore plus complet, encore plus réaliste. Gran Turismo 2 reste d'ailleurs à ce jour ma référence en terme de simulation de conduite, le jeu de course qui m'a le plus impressionné et sur lequel j'ai passé le plus de temps. Mes parents peuvent vous confirmer que j'y ai passé de très nombreuses heures (trop à leur goût disaient ils). Un an plus tard, Gran Turismo 3 débarquait déjà avec la PS2. Ce A-Spec était très chouette, superbe graphiquement, mais je n'y pas autant joué que les deux premiers. La faute sans doute à un mode rallye complètement foireux et n'apportant pas réellement de grosses innovations en terme de gameplay.

Faire du neuf avec du vieux, pas toujours facileC'est avec le 4ème opus que la descente aux enfers commença. Gran Turismo 4 s'était pourtant fait attendre pendant 4 ans. Ok oui, il était toujours aussi magnifique à voir, il y avait encore et toujours plus de véhicules, mais le concept m'apparaissait comme "trop déjà vu". GT4 n'apportait aucune originalité ni même de réelle nouveauté dans ses modes de jeux devenant lassants. C'est 2009 que je suis entré dans une colère noire et que la cassure s'est faite entre GT et moi, lorsque je me suis offert le littéralement ultra-scandaleux Gran Turismo PSP ! Ne parlons même pas de modes de jeux dans ce titre, il n'y en avait même pas... j'ai même eu envie de le renvoyer à Kazunori au Japon tellement on s'était moqué de moi. Mais bon, cela ne m'a pas empêché d'aller chercher Gran Turismo 5 à sa sortie sur PS3 fin 2010 qui ne fît que me confirmer que la franchise était en déclin. Sorti trop tôt et loin d'être fini, n'apportant toujours rien de bien novateur hormis quelques options online, axant en plus son concept de complétion sur de nombreux DLC payants (ce qui m'énerve au plus haut point), GT et moi c'était fini, le divorce était consommé, passant même à tripoter son ennemi de toujours de mes mains vicelardes : Forza Motorsport.

Sony Computer Entertainement :

Avec Gran Turismo 6, nous allons prouver que la PS3 est loin d'être morte !

Etre premier c'est bien, le rester c'est mieux hein GT ?Quand l'annonce de Gran Turismo 6 fût faite et son arrivée prévue sur PS3 pour les fêtes de fin d'année 2013, je me suis dit "Ils sont cons ou quoi ? Pourquoi ne pas tirer un trait sur le passé et travailler tels des esclaves sur un GT de haute volée sur PS4 et/ou PS Vita pour se faire pardonner ?". Sony ne tardait pas à répondre à ma question, la firme nippone précisant qu'elle était consciente que Gran Turismo 5 n'avait pas comblé les attentes du public et encore moins des dirigeants de la boîte. L'objectif de GT 6 serait ainsi de faire oublier les erreurs de GT5, offrir enfin la vraie simulation de conduite que la PS3 mérite et surtout prouver que cette console n'est pas prête de mourir. Il n'empêche que de nombreux doutes se sont emparés de moi suite à cette réaction, de nombreuses questions m'ont trotté dans la tête jusqu'à aujourd'hui. Voila quelques semaines maintenant que je retourne Gran Turismo 6 dans tous les sens, m'essaie à tous les modes de jeu, je teste les différentes options, j'essaye les voitures, je cherche à dénicher la moindre nouveauté afin d'être le plus juste possible dans ce billet d'impressions. Ce qui est certain, c'est que je ne suis pas du tout dépaysé, concernant les autres émotions, cela varie entre tristesse, nostalgie, fatigue, ennui, colère, dégoût...

Le tank en carton

Super complet et toujours plus beau !Gran Turismo 6, c'est pas loin de 1200 voitures et 38 circuits. Ce qui n'est vraiment pas mal ! Peu de jeux peuvent se venter d'être aussi complets. En sachant que de ces 38 circuits, la majorité est modulable et permet de courir sur plus d'une centaine de tracés différents, cela lui donne un net avantage face à la concurrence, sans même tenir compte que, comme dans GT5 si on met la main au portefeuille, des DLC ne tarderont pas à débarquer afin d'alourdir encore ce contenu déjà colossal. Mais Gran Turismo 6, c'est surtout une simulation de conduite diablement bien foutue. Du réalisme dans son gameplay, dans ses options, des sensations incroyables à la manette (et plus encore avec un volant de qualité) et de la beauté à tomber à la renverse. GT6 garde ainsi tous les atouts des précédents épisodes, ces arguments là qui font que Gran Turismo est une légende du jeu vidéo depuis 15 ans, agrémentés de quelques petits bonus par-ci par-là.

Les vrais nouvelles voitures ne pas assez nombreusesMais voilà, si on prend compte des nombreux doublons dans les différents garages (c'est à dire que plusieurs même modèles y sont disponibles, seul un petit artifice les différencie), c'est seulement une petite centaine de nouvelles voitures qui font leur apparition par rapport à Gran Turismo 5. C'est un peu tristounet quand on fait le tour de ces nouvelles autos, tant certaines n'apportent rien de plus au jeu, ou ne sont même pas des nouveautés du marché réel ! On a désormais 25 modèles de Mazda MX5, 30 de Nissan Skyline,... c'est dommage. Au rang des nouvelles pistes, on retrouve désormais les circuits britanniques de Silverstone, largement mis en avant par Sony depuis des moins, le circuit de Brands Hatch, celui d'Ascari ainsi que l'une ou l'autre piste comme Matterhorn dans la montagne ou le Mount Panorama qui fait office de sprint escalade. Circuits superbement reproduits, qui demandent toujours autant de concentration tant elles restent complexes, techniques et exigeantes, mais qui ne représentent pas non plus la révolution tant attendue et aucun ne deviendra une légende du gaming. En résumé, dans les nouveautés de son contenu, c'est de la qualité certes, mais c'est un peu trop pauvre à mon goût si je le compare à son prédécesseur.

Polyphony Digital :

Les limites graphiques de la PS3 avaient presque été atteintes avec GT5, nous nous sommes concentrés sur une petite amélioration à ce niveau et avons mis le paquet sur l'augmentation du réalisme dans la conduite.

Le circuit de Silverstone fait son apparitionC'est donc vers le gameplay que je suis allé rechercher le plus de nouveautés. Bien que Polyphony Digital aie gardé la base de Gran Turismo 5 en terme de jouabilité, il y a deux ou trois améliorations notables mais pas exceptionnelles qui font leur apparition. On sent dés les premiers tours de roue que le système de suspensions à été bien retravaillé, la tenue de route via la qualité du pneu est un aspect plus important à prendre en compte, les transferts de masses sont encore plus plausibles et un petit temps d'adaptation pour les pilotes néophytes ou de réadaptation pour les fans sera de rigueur, tant la moindre erreur est encore plus pénalisante que par le passé. Les conditions météo ont elle aussi été retouchées pour atteindre un réalisme maximal. Il faut faire attention aux températures de la piste et au taux d'humidité de l'air avant de faire les choix de réglages d'avant course. C'est génial, car cela influence beaucoup le déroulement d'une course, puisque le temps passe au fil des tours et que la nuit peut tomber et/ou la pluie peut tomber sans crier gare. Et dans ce cas là priez, parce que la pluie sans pneus adaptés, c'est particulièrement hard...

Le Zafira en pierre

Le gameplay reste exigent et sensationnel !Le mode carrière d'un Gran Turismo, c'est un peu comme un Opel Zafira. Vieux de 15 ans, imposant, increvable, pas très design, légèrement retouché à chaque édition sans être vraiment changé, sans aucun équipement intelligent, mais pourtant plein de possibilités. Lorsque je me suis lancé dans ce mode carrière de Gran Turismo 6, c'est encore ce que j'ai ressenti. J'ai encore droit aux même courses contre une IA complètement à la ramasse, aux mêmes véhicules de départ, à la même progression pénible qui consiste a gagner des courses pour gagner des sous pour acheter encore plus de voitures et encore plus d'améliorations hors de prix qui vont avec,... J'ai encore retrouvé les quelques évènements en ligne qui relèvent un peu le niveau, mais vraiment, c'est lassant trop rapidement.

Tenez compte de la météo, ça peut tout changer !Les différents championnats et courses sont toujours répartis en catégories (B, A, IA, IB, S,...) mais il faut cette fois ci passer son permis au préalable avant d'entrer dans chaque championnat et seulement à condition d'avoir suffisamment d'étoiles. On dit donc adieu au système des permis qu'on passait tous dés le début du jeu pour être tranquille et au système tordu des points d'expérience de GT5, c'est désormais un concept de collection d'étoiles que l'on remporte en gagnant des courses qui nous permet de débloquer la progression vers des championnats plus prestigieux. Pas très excitant je vous l'avoue et surtout pas tellement adapté à un Gran Turismo ! J'ai vraiment du mal à comprendre cette orientation choisie par les développeurs.

90% de chances que l'IA vienne gâcher votre trajectoire idéaleLe problème c'est que les courses ne sont pas passionnantes pour un sou, vu que le problème récurrent de Gran Turismo est toujours d'actualité dans ce 6ème opus, celui de la médiocrité de l'Intelligence Artificielle. Je ne comprend pas comment ce défaut n'est pas pris plus au sérieux par les équipes de développement ! Mes adversaires sur la piste ont des comportements complètement en inadéquation avec des comportements de pilotes de courses ! Ils me rentrent dedans sans raison, bloque les trajectoires de mauvaise manière, restent bloqués dans mon pare-choc arrière au lieu de dépasser,... en fait, ils conduisent comme s'ils étaient seuls sur un rail et qu'ils n'avaient aucun obstacle. Mes opposants ne se dépassent pratiquement jamais entre eux, le classement à la ligne d'arrivée étant toujours dans le même ordre que celui au départ. Et vu que les collisions restent toujours aussi incroyables, incohérentes et qu'elles n'impliquent aucun vrai dégât sur les voitures, je vous raconte pas la plaie lorsque vous avez du retard à compenser sur la piste et que vous devez gagner des places.

Les options en mousse

Gilles Péon va faire ses courses au LidlEn ce qui concerne les modes de jeu, le mode arcade n'a pas changé, c'est de A a Z le même que les autres GT. En ligne, c'est également pil poil la même chose que sur GT5, peut être en un peu plus fluide et efficace. Tout se fait toujours par lobby, le paramétrage de la course peu se faire dans les moindres détails (de la petite restriction de réglage jusqu'au modèle de voiture) et les parties peuvent accueillir jusqu'à 16 joueurs. Mais ce sont dans d'autres options que j'ai trouvé un brin de plaisir inattendu, il y a un petit ajout qui m'a bien plu, celui du "pause café", qui se montre un poil plus original. Il consiste à remplir différents objectifs sous forme de mini-défi, de petites missions qui font penser à des épreuves de permis basique comme par exemple aller le plus loin possible avec une quantité limitée d'essence. C'est fun, ça change et ça détend.

La pluie est particulièrement traître, surtout sans règlages adéquats !Grosse déception par contre lorsque j'ai décortiqué le reste des écrans d'accueil, j'ai pu dire adieu à plein plein de choses que j'aimais avant. En premier l'absence totale de mode endurance. Il n'y a plus aucune course qui prend de longues heures à courir, à modifier ses stratégies, passer au stand fréquemment, élaborer des tactiques,... tout ça c'est fini. Et quand j'ai voulu mettre ma stratégie dans un éventuel mode B-Spec, bien y en a plus non plus ! Celui-ci devrait peut être arriver via un DLC ou une grosse mise à jour dans des délais encore inconnus. Et vu que je ne pouvais pas jouer au stratège, j'ai voulu jouer au collectionneur comme j'avais fait pour les deux premiers GT, mais Baaam, le garage d'occasion n'est plus là non plus et j'en pleure, car j'adorais surveiller les arrivées de vieux tacots tous les jours. Visiblement, toutes les voitures, même les plus vieilles et pourraves, sont disponibles chez les concessionnaires de base. J'ai comme l'impression de revivre les débuts de Gran Turismo 5 en jouant à un jeu pas fini snif...

Les courses manquent cruellement d'intensitéC'est pas tout, le summum pour le collectionneur que je suis, c'est que le système de gain de voitures à lui aussi disparu ! Fini de recevoir une voiture à la fin de chaque championnat remporté, c'est devenu denrée rare au mieux à chaque fin de série. Je n'ai pu compter que sur mes crédits à moi, et vu qu'on ne gagne plus grand chose en remportant des courses, il en faut du temps avant de s'offrir un nouveau bolide ! J'ai d'abord pensé que cette suppression de cadeaux à gogo c'était pour le côté réaliste du jeu, puis j'ai pensé à l'augmentation de la durée de vie, mais au final, je suis persuadé que c'est pour forcer le joueur à utiliser les micros-transactions qui permettent d'acheter des crédits GT contre de l'argent réel ! Vu comme cette opportunité est mise en avant, je suis convaincu que c'est lié et je le crie haut et fort : C'EST DÉGUEULASSE ! Encore une technique basse pour récolter de la thune, honte à vous Mr Sony !

Laisse béton

Ce sera sans moi... Adieu GT !Comment qualifier ce Gran Turismo 6 ? Et bien je dirai que c'est avant tout un magnifique jeu de course, qui fait plaisir aux yeux, le plus réaliste et peut être le jeu qui donne les meilleures sensation de conduite à ses joueurs ni plus ni moins. Il faut faire avec ses nombreux défauts, qui sont un mode carrière vieillissant qui n'a jamais su évoluer positivement et qui se montre de moins en moins attractif, l'absence de certains modules indispensables comme l’endurance, une intelligence artificielle déplorable et des orientations douteuses qui ne manqueront pas d'énerver les plus calmes des pilotes. Franchement, j'ai envie de dire qu'il me navre. Moi, je ne saurais pas me contenter d'un mode online correctement réussi et de quelques épreuves bonus pour avoir un peu de plaisir avec un GT. Gran Turismo est sensé être une bible, une référence, le jeu de course connu de tous qui doit être au sommet de la hiérarchie à jamais ! Polyphony Digital ne peut donc pas se contenter de proposer un nouvel opus comme celui-ci avec si peu de nouveautés notables et je ne vous cache pas que j'en espérais beaucoup beaucoup plus. Je ne comprend toujours pas pourquoi cette équipe pourtant bourrée de talent ne penche pas plus sérieusement sur les problèmes récurrents de la série comme ces soucis d'IA, le fait de proposer un mode carrière digne d'intérêt et sur l'absence de dégâts.

Une chose est sure et certaine, Gran Turismo et moi sommes toujours loin de la réconciliation.

 

Les +

  • - Visuellement incroyable
  • - Réalisation et physique parfaite des véhicules
  • - Le mode online réussi
  • - Le gameplay impressionnant et les sensations de conduite
  • - La mise en avant de la météo (T°/Humidité/Jour/Nuit)
  • - Quand même vachement complet en terme de circuits et voitures

Les -

  • - Manque de punch, de nouveautés, de prise de risque
  • - Une IA inadmissible pour un jeu d'un tel calibre
  • - Le mode carrière peu motivant
  • - Les différentes absences (B-Spec, Endurance, Occasion,...)
  • - LA SCANDALEUSE OFFRE DES MICRO-PAIMENTS !!!!
  • - Le mode rallye toujours aussi raté

Grosse déception, le pire est à craindre pour GT7 sur PS4...Editeurs : Sony Computer Entertainement

Développeurs : Polyphony Digital

Genre : Simulation / Course automobile

Multijoueurs : 16 en ligne et à 2 en écran splitté en mode arcade

Plateforme : Only on PS3

Classification : Pour tous publics

Note : 13/20

Plus d'images